Une enquête commence

Si je savais que René Perez avait vécu deux ans à Warrington, j’ignorais que son nom avait été gardé sur des monuments aux morts en Angleterre.

Il me reste le livret de mobilisation de René, adressé à sa famille en 1915, des notes du journal de René Perez du 3 août au 1er novembre 1914 et la lettre reçu après son décès. Il faut que je photographie les documents et que je trouve les photos de la famille. René était sous lieutenant dans le 8e Régiment d’Infanterie Coloniale.

La famille de René a vécu une riche histoire, son père Jean Baptiste Perez et son frère André Perez ont écrit leur mémoire.

Adam Cree interroge Unilever qui détient les archives de Joseph Crossfield’s. Malheureusement, René Perez n’est pas mort pour sa Majesté et ne fait pas partie des listes conservées. Les journaux ne sont pas numérisés et les recherches seraient trop longues pour trouver des indices.

On retrouve pourtant grâce à Google sur carlscam, son nom [René P. Henrique] sur le Memorial, Stockton Heath, Cheshire et celui de l’église War Memorial, St Thomas, Stockton Heath.

En 2005, nous nous étions rendu au cimetière militaire français de Minaucourt dit du Pont du Marson, près de Massiges sur sa tombe. Je vérifie aujourd’hui grâce à Geneanet que son nom [Perez A 1915] est bien sur le monument de Terrasson (Dordogne) où il est né le le 23 février 1889.

Ses parents habitent Nyon (canton de Vaud – Suisse). Son nom [Achille Perez] apparaît aussi sur un monument aux morts à Nyon.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s