Bourgeois

Forges_SectionHautFourneauFer.png
Encyclopédie de Diderot et D’Alembert, Forges

Anatole Bourgeois était maitre des forges vers 1767. Il faut avoir vu une forge du 18e siècle pour imaginer le bruit, les odeurs, la saleté, les mouvements, le labeur dans un tel lieu. J’ai découvert cette information récemment et j’en suis tout étourdie : un maître des forges. Ses deux fils Louis et Joseph reprennent sa suite.

Un inventaire de la vente des forges en 1786 donne une description de la forge : la forge, la halle de forge, trois martinets, un bâtiment contenant la roue placée au bout de l’écluse, l’ancienne fonderie, la grande tirerie, la tirerie du bas et la fournaise des appointeurs. Louis Bourgeois la vend à ses cousins Louvot.

Marguerite Bourgeois épouse Chauchard est la fille d’Anatole Bourgeois. Elle donne à son troisième fils, le prénom de son père.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s